Réaction de Françoise Grolet aux annonces du maire de Metz face à la crise covid19 – Des mesures à saluer, mais aussi des demi-mesures là où on demande un soutien fort pour sauvegarder les entreprises et l’emploi. Et toujours l’autosatisfaction… 

  • Prime pour les agents municipaux qui travaillent à l’extérieur : je propose à Dominique Gros, qui est président des TAMM, que l’on attribue la même prime aux conducteurs qui continuent de rouler et prennent des risques importants, vu l’indiscipline de certains usagers et l’insuffisance des protections, qui sont à renforcer comme je l’ai déjà demandé.
  • Soutien aux acteurs économiques : les mesures prises correspondent à nos propositions (l’intégralité est à retrouver ici) pour la remise de taxe sur les terrasses et places de marché. C’est la moindre des choses, puisque ces prestations n’ont pas été matérialisées. Il en est de même pour l’exemption de TLPE pendant qu’il n’y avait pas d’affichage et de loyers pour les cellules appartenant à la Ville. Mais quid de notre proposition d’exemption de la taxe sur les factures d’électricité ?
  • Soutien au commerce messin : la gratuité de la navette City N83, mesure importante de notre programme municipal, est une bonne mesure qui doit être actée définitivement avec une extension vers le Pontiffroy et St Ferroy comme nous l’avons proposé. 
  • Soutien au domaine culturel et associatif : je demande que le Conseil municipal dans son intégralité participe aux décisions et non seulement un « pool d’élus ». En tant qu’élue régionale, je suis convoquée à des commissions aujourd’hui et demain, et en commission permanente jeudi. La ville de Metz ne pouvait-elle pas en faire autant ? Et Metz Métropole pour les mesures concernant l’économie (nos propositions attendent une réponse : Exonération plutôt que report du Versement Transport, de la Taxe de séjour, dégrèvement de la CFE…) ? 

Ce manque de travail en commun est d’autant plus dommageable que la municipalité ne suit que partiellement nos propositions d’aide aux commerçants, artisans et entrepreneurs locaux. Il y a urgence à les aider à se relever de la crise. Pour sauvegarder les entreprises et les emplois, c’est un soutien public bien plus fort qu’il faut apporter. 

Puisque la municipalité ne nous épargne pas sa rengaine d’autosatisfaction sur le thème de « la ville la moins endettée et la mieux gérée », rappelons que ce sont les entreprises et commerces qui créent l’emploi, donc la richesse, et les contribuables qui alimentent le budget municipal. Il est temps que les dirigeants se mettent au diapason de nos concitoyens contraints de regarder en face les réalités économiques.

Françoise GROLET – Élue de la Ville de Metz et de Metz-Métropole – Conseillère régionale du Grand Est