La municipalité de Metz a pris la décision de rouvrir toutes les écoles dès la sortie du confinement. L’élue RN Françoise GROLET regrette cette précipitation et demande une concertation dans l’intérêt des familles et des personnels.

Pour la réouverture des écoles comme dans toute cette crise, le gouvernement multiplie les injonctions contradictoires, finissant par renvoyer la patate chaude aux maires. Ceux qui choisissent de rouvrir leurs écoles se déchargent sur le monde éducatif et sur les familles. La décision de réouverture prise par Dominique Gros est encore plus prématurée à Metz, capitale d’un département martyr du Covid19, aujourd’hui classé « rouge ».

Les 55 pages du protocole sanitaire publié dimanche par le ministre de l’Education nationale sont matériellement inapplicables dans les écoles messines : répétition des désinfections, des lavages de mains de chaque élève sans se croiser… A t’on mesuré la responsabilité qui pèse sur les ATSEM et enseignants envoyés au front sans munitions (et qui peuvent être eux aussi des parents ou des personnes à risques) ? Sans oublier que les enseignants auront aussi à assurer la continuité éducative auprès de leurs élèves non scolarisés ?

Pour les familles également, la situation est kafkaïenne. Le Conseil scientifique a recommandé d’attendre septembre pour rouvrir les écoles. Le choix contraire du maire de Metz met les parents face à une décision très difficile à prendre. Ceux qui ne veulent pas scolariser leurs enfants ne bénéficieront plus des mesures de chômage partiel. Ceux qui doivent reprendre le travail ne sont pas assurés que l’école est en mesure d’accueillir leurs enfants. Et l’accueil des élèves par demi-journée préconisé par le maire de Metz, est le pire pour l’organisation parentale !

Nous avons des propositions à partager et des informations à relayer : il s’agit de l’intérêt des Messins. Or la municipalité reste dans l’entre-soi. Aucune consultation des élus depuis le début du confinement ! Ayant demandé depuis plusieurs semaines la réunion d’un conseil municipal, j’apprends dans les medias que le maire en convoquerait un… fin mai.

C’est une décision POLITIQUE dit le maire, qui invoque les familles en difficulté sociale (auraient-elles le “droit” d’être contaminés ?), et les migrants dont le poids à Metz se fait encore une fois sentir. ( Citation France Bleu : “des enfants issus des quartiers politique de la ville, de familles défavorisées, des enfants d’étrangers, d’émigrés, de demandeurs d’asile, s’ils n’ont pas d’école, pour eux c’est catastrophique.”)

La municipalité PS-PC-EELV-LREM-MODEM veut gérer seule, elle portera seule la responsabilité de ses décisions. Pour sortir par le haut de cette crise sanitaire, économique et sociale, nos concitoyens attendent le grand renouvellement indispensable. 

Françoise GROLET élue de Metz et de Metz-Métropole – Conseillère régionale